L’ASCK a raté le hold-up du match en retard de la troisième journée du championnat national de première division. Kassim Guyazou, le coach de l’ASCK, a analysé la rencontre jouée contre l’As Togo Port le 11 décembre 2019 .

Le regret du hold-up raté: « Dans un match, si vous trouvez les occasions et que vous ne les concrétisez pas, cela se paie. C’est donc ce qui nous est arrivé aujourd’hui. Un match n’est jamais gagné d’avance. On a voulu gagner mais on ne dira pas non plus que le point du nul est mal.»

Sur l’aspect de la déficience physique, le coach argumente: «Il faut reconnaître que nous avons des joueurs éprouvés, à l’instar de notre défenseur que nous avons dû changer. Au milieu de terrain, Ékililou, nous avons dû le faire jouer malgré une diarrhée. Forcément, cela a fait baisser le rythme.»

Concernant, la faute dans la surface de réparation, qui a causé l’égalisation, le coach renvoie à la personne du défenseur: « Il n’y a que l’intéressé qui peut expliquer cette faute. Dans un match de football, on ne néglige pas l’adversaire, quel que soit son niveau. Il faut jouer à fond. Quand on veut jouer au grand, c’est ce que cela amène. J’espère que les joueurs vont apprendre beaucoup de ces erreurs et que cela va nous apporter du bien».

Kassim Guyazou se projette sur la prochaine journée : « Ce dimanche, nous nous déplaçons sur Womé. Cela va nous permettre de nous relancer. Nous avons eu du mal à démarrer les championnat, il faudra le reconnaître. Nous comptons bien gagner à Womé et remporter les trois points, mais nous respectons vraiment l’adversaire. »

Laisser un commentaire