Bénin / Tonnerre FC: Les dessous du limogeage de Kégbalo Kodjo

884

Arrivé à la tête de la formation de Tonnerre FC de Bohicon au Bénin pour 2 ans, Kegbalo Kodjo vient d’être limogé après seulement 5 mois d’activité. Le désormais ancien coach se dit victime de ce qui ressemble à un acharnement.

Kegbalo Kodjo s’est exprimé en exclusivité à notre micro, aux premières heures de son limogeage de la tête de la formation du FC Tonnerre de Bohicon. Engagé avec ce club pour 2 ans, soit jusqu’en 2022, l’ancien joueur de l’équipe nationale des Éperviers du Togo a raconté à la rédaction de foot.tg, les dessous de sa mésaventure.

Tout est parti d’un défaut de paiement des salaires aux joueurs:

« Le 8 Janvier passé les joueurs avaient perçu la moitié de leur salaire pour commencer le championnat le 30 janvier avec le format de 3 matchs en 8 jours. Depuis, plus rien n’a été payé jusqu’au 12 février où les joueurs affamés et fatigués ont adressé une pétition aux dirigeants pour réclamer le payement du salaire entier du mois de janvier ainsi que deux primes de matchs non payées. Ils ont fixé le 18 février, comme délai de paiement » a révélé l’entraîneur togolais.

La réponse des dirigeants a été un peu trop plate, du goût des joueurs :

« Les dirigeants ont répondu seulement le 18 février quand les joueurs ont menacé de boycotter le match de la 7ème journée, en proposant le payement d’une seule prime de match. Les joueurs ont refusé et ont mis leur menace à exécution pour boycotter le match. Le résultat, c’est qu’on a perdu par forfait sur notre propre terrain et les jours d’après, les joueurs ont séché les séances d’entraînement pendant toute la semaine qui a suivi. » a déploré Kégbalo Kodjo.

En toile de fond de tout ce qui se passe, il y a la menace de relégation qui pèse sur le club, du fait des mauvais résultats:

« Dans de telles conditions si l’équipe rate le prochain match elle sera reléguée directement en D3. La veille du match, le vendredi passé donc à 23 heures, les dirigeants ont fait appel aux joueurs pour solder 2 mois de salaire, soit
janvier et février, plus les deux primes en instance. »

Les séquelles du rififi ont rapidement commencé par paraître :

« Le lendemain, samedi donc, on a joué et perdu le match de la 8ème journée par 1 but à 0, sans séances d’entraînement. Les dirigeants ont conclu que je n’ai pas fait mon boulot parce que je n’ai pas su convaincre les joueurs, de continuer. Il m’ont viré pour conspiration à la grève et insuffisance de résultats » a-t-il dit, avec précision.

L’ancien coach de Béké FC toujours au Bénin, résume sa mésaventure en ces termes: : « Qui veut noyer son chien, l’accuse de rage. »

Kégbalo Kodjo ne désire pas se répandre en procédures en vue de réclamer une quelconque indemnisation, du fait de son limogeage : « Ce n’est pas la peine d’intenter quoi que ce soit contre eux; ce sera du temps et de l’énergie gaspillés inutilement. » a-t-il laissé entendre, dépité.

Limogé donc de Tonnerre FC de Bohicon, L’ancien coach d’Agaza FC de Lomé préfère rentrer chez lui et s’offrir du repos, malgré les promptes sollicitations qui commencent déjà par lui parvenir : « Pour la suite je vais rentrer me reposer à Lomé en famille , récupérer énormément et réfléchir.
Déjà ici au lendemain de mon limogeage j’ai reçu deux propositions , une à Cotonou et l’autre à Porto Novo.
Mais je préfère me reposer. »
a précisé Kégbalo Kodjo.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.