La FIFA et la FIFPRO en guerre contre les propos racistes sur la toile

La Fédération Internationale de Football et Association (FIFA) et la FIFPRO l’organisme représentatif des footballeurs professionnels se proposent de mettre en place un plan qui protégera les acteurs du football victimes d’injures racistes. Ces propos déplacés qui ont cours essentiellement sur les réseaux sociaux, seront affectés par le programme. Dans leur visibilité.

C’est en effet un rapport dressé par la FIFA qui a mis en lumière la question des insultes à l’encontre des joueurs, des sélectionneurs, mais aussi des arbitres, durant les compétitions internationales.

« Plus de 55 % des joueurs des finales de l’EURO 2020 et de la CAN 2022 ont subi une forme d’abus discriminatoire. Les insultes homophobes sont la forme la plus courante d’abus détecté, suivis du racisme. Les joueurs noirs qui ont raté les tirs au but (Angleterre) ont été les joueurs les plus abusés lors de la finale de l’EURO 2020 / un remplaçant (Égypte) a été le joueur le plus abusé lors de la finale de la CAN 2022. » dit en substance le rapport, avant de poursuivre :

« Les abus sur Twitter sont constants tout au long de la période, tandis que les abus sur Instagram sont davantage axés sur les événements, c’est-à-dire qu’ils perdent la finale. Tactiquement, plus de 75 % des commentaires et des abus sur Instagram incluaient des emojis. »

Pour mener cette lutte, les joueurs, premières victimes, recevront un soutien pédagogique et des conseils préventifs en matière de santé mentale, lors des prochains tournois FIFA. À cinq mois de la Coupe du monde Qatar 2022 justement, la FIFA et la FIFPRO mettent donc tout en œuvre pour amoindrir la portée des propos racistes. Cet algorithme, qui concerne aussi bien le football masculin que féminin, détectera automatiquement les termes haineux présents dans sa base de donnée et publiés sur des comptes identifiés, afin de rendre le message invisible pour le destinataire et ses abonnés. L’auteur du commentaire et ses abonnés pourront toujours le consulter, mais sa portée sera considérablement réduite.

« Notre devoir est de protéger le football et, par conséquent, les footballeurs, dont les exploits sur le terrain nous apportent tant de joie et de bonheur », a déclaré le Président de la FIFA, Gianni Infantino, avant d’émettre des regrets:

« Malheureusement, nous observons une tendance inquiétante consistant à publier des messages inacceptables à l’encontre des joueurs, des entraîneurs, des arbitres voire des équipes elles-mêmes. Cette forme de discrimination, comme toutes les autres, n’a pas sa place dans le football. »

Gianni Infantino ajoute:

« Alors de la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022 et la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Australie & Nouvelle-Zélande 2023 approchent, la FIFA et la FIFPRO s’engagent. Ce qui se dit sur les réseaux sociaux fera l’objet d’un contrôle, à l’instar de ce qui se dit dans les stades. Nous n’entendons pas nous payer de mots et c’est la raison pour laquelle nous prenons des mesures concrètes pour résoudre ce problème au plus vite. Ce travail n’est pas seulement une façon de protéger le football et de contrer les effets délétères de tels messages ; nous souhaitons également montrer le bon exemple aux jeunes générations qui interagissent avec le football sur les réseaux sociaux comme sur le terrain. Nous espérons en outre que notre unité sur le sujet incitera les réseaux sociaux à nous emboîter le pas et à nous soutenir dans nos efforts. »

David Aganzo, Président de la FIFPRO pour sa part, s’est également exprimé :

« Comme en témoigne cette collaboration, le football se doit de protéger les joueurs et les autres communautés potentiellement affectées par ces insultes de plus en plus fréquentes dans le cadre professionnel. De tels propos peuvent avoir des conséquences profondes sur leur personnalité, leur famille et leurs performances, sans même parler de leur bien-être ou de leur santé mentale ».

Arnaud BOCCO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.