Dix mois se sont écoulés que les Éperviers locaux ont qualifié le Togo pour le CHAN 2021 programmé au Cameroun. Dernière les promesses creuses, les ” héros d’Agégé” continuent de caresser la douce illusion de rentrer en possession de leurs primes de qualification.

Cela fait plusieurs lunes maintenant que les Éperviers locaux du Togo ont arraché la qualification pour le CHAN 2021, programmé au Cameroun. Depuis, ceux qu’on a nommés les “héros d’Agégé” continuent, dubitatifs de prier le ciel, histoire de voir tomber leurs primes promises, à la faveur de l’euphorie collective.

Les promesses faites aux Éperviers locaux dans le cadre de leur qualification au CHAN 2020 commencent par ressembler à une douce illusion. La récente levée de la presse nationale pour en savoir de ce qu’il est de ces primes, n’a pas davantage arrangé la situation. À part la simple impression donnée comme si on accordait du prix au sujet, rien n’a bougé.

Dans un semblant de réaction il a été servi à ceux qui voulaient bien y croire que les fonds destinés à primer les Éperviers locaux du Togo étaient bien disponibles au Trésor Public et que seulement manquait la formule pour procéder au partage. 

Depuis, l’on cherche visiblement les mathématiciens suffisamment aguerris pour résoudre cet exercice de probabilité qui doit aboutir au partage final. Légitime contrainte ou impéritie, la bande à Abalo Dosseh dévisage le mystère. Les louvoiements et les contorsions ne font pas bon ménage aux côtés du facteur confiance. À croire que le football ne paraît une priorité au pays de docteur Kaolo, mais un joker que l’on glisse au besoin dans le jeu politique et dont on fait usage à sa guise. Les footballeurs togolais, du moins ceux qui évoluent au pays se mentiraient, à croire qu’une carrière gratifiante dans leur métier est envisageable, à s’en tenir aux usages dans le Togo des Nutsudje Kossi et autres Kader Koubadja.

Le jeudi 06 août 2020, la Fédération Togolaise de Football a convié la presse nationale à son siège, histoire d’exposer ce qui devrait ressembler aux bases d’une nouvelle saison réglée au rythme des affres du covid-19. Le 10 octobre prochain donc, plaise à Dieu, les principaux acteurs du football togolais retrouveront les différentes pelouses pour lancer la nouvelle saison. De quoi donner des rêves à de nouveaux candidats à la sélection nationale des Éperviers, des rêves qui risquent visiblement de mourir dans l’estuaire d’une douteuse notion des priorités.

À ceux qui s’offusquent de voir les Éperviers du Togo un peu trop pressés de rentrer en possession de leurs droits, l’on a envie de répondre en empruntant à Wolé Soyinka sa célèbre citation selon laquelle « le tigre ne vante pas sa tigritude; il saute sur sa proie et la dévore.» Que ceux qui sont en charge de ce dossier se hâtent moins lentement de tout remettre en ordre, avant que ces vaillants citoyens ne commencent à perdre le goût du patriotisme.

Les héros d’Agégé observent, résignés et devinent avec une pointe de dépit ce qui se joue dans le secrets des finances et espèrent vivement rentrer dans leurs droits. Les nouveaux candidats au service des différentes sélections nationales également écoutent et se font une idée sur ce à quoi ils aspirent. Au nom de la passion et du patriotisme ils s’engageront dans les rangs si jamais le choix est porté sur eux, mais les réalités les édifieront.

Laisser un commentaire