Mouchéri: L’autre Tchakéi suscité dans l’arène de l’ASKO de Kara

Dans l’écurie des Kondonas de la Kozah un Tchakei en cache un autre. Après le départ de Marouf, le public sportif de Kara est en passe de faire la connaissance de Tchakéi, Mouchéri cette fois-ci, qui malgré son jeune âge, semble en avoir assez dans sa gibecière.

En foulant la pelouse synthétique du stade municipal de Kara ce mercredi, Tchakéi Mouchéri venait de sauter dans le grand bain de l’élite nationale togolaise, pour la première fois. Arborant fièrement son dossard 11, celui qui n’est autre que le demi-frère de Marouf Tchakéi, ancien capitaine et homme providentiel des Kondonas de la Kozah brûlait visiblement d’envie de marquer de son sceau, la saison de son nouveau club. Il n’a justement pas mis longtemps à se signaler.

Face à Kakadl de Doufelgou, l’ASKO de Kara s’en sortait jusqu’ici par un maigre score de 1 but à 0, lorsqu’à la 85ème minute de jeu, une impression de Tchakéi a parcouru l’esprit du public du stade municipal de Kara. Un peu comme sorti de nulle part, Mouchérifi visiblement oublié dans le dos de la défense de Kakadl, surgit pour rediriger et avec quel aisance, le centre venu de la gauche, au grand désarroi de Kpemin Aklesso le portier de Kakadl qui doit de nouveau faire le voyage de ses filets.

Sans s’en rendre compte, Tchakéi Mouchéri venait de redonner à l’ASKO de Kara, son rang de champion devant la respectable formation de Kakadl, mais également le jeune joueur venait de faire renaître l’espoir, que le mutisme dans lequel commençait à végéter le réseau offensif des Kondonas, se dissiperait à l’entame de la phase retour.

Âgé de 19ans, Tchakei Mouchéri s’est révélé lors de la saison écoulée comme l’un des meilleurs joueurs de la deuxième nationale, sous les couleurs du CDF Haknour. Faisant preuve d’une remarquable rigueur, Mouchéri comme son frère se forge progressivement une réputation de spécialiste de coup de pied arrêtés. La phase retour de l’exercice permettra sûrement de découvrir toute l’immensité du talent du natif de Bassar, qui visiblement sait également se montrer opportuniste.

Arnaud BOCCO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.